Vanessa Paradis a dit non

Vanessa Paradis est entrée dans le monde du show bizz à 14 ans. Elle a donc du en voir des vertes et des pas mûres si vous me passez l’expression. Et celle qui se révéla en chantant les mérites d’un certain Joe le Taxi s’est fendu d’une petite pique à propos de ses consœurs et confrères qui ont un jour eu recours à un chirurgien plasticien.

Dans le magazine Elle, Vanessa Paradis précise que les interventions se voient comme le nez au milieu de la figure. Une autre façon de dire que rien ne lui a échappé des interventions réalisées par des gens du milieu.

Oui, il faut savoir lire entre les lignes. On pardonnera ce syllogisme un peu facile mais on pourrait dire le présenter ainsi :

– Vanessa Paradis fait partie du show bizz

– Les gens du show bizz sont de grands amateurs de chirurgie plastique

– Vanessa Paradis connait donc des gens du show bizz qui ont réalisé une intervention

Bon mais c’est comme tout. Tant qu’on a pas essayé, on peut pas être certain qu’on aime ou qu’on aime pas. Sauf qu’à la différence de sentiments profonds enfouis chez nos alter égos et sur lesquels nous n’avons aucune prise, le changement de forme d’un nez, un visage reposé, des seins plus gros sont des apparences qui pour une fois ne trompent pas.

Alors bien entendu, il faut préserver la vie privée des gens et dans la vie privée des gens, il y a la vie médicale. Enfin, sans être paparazzi, on devine tous que dans ce milieu on parle et que l’absence prolongée d’une vedette qui revient avec un cylindre très différent de celui qu’on lui connaissait permet d’inférer un passage par une clinique esthétique et l’exploit plus ou moins réussi du praticien qui s’est chargé de faire les transformations.

Vanessa fait la remarque mais elle n’est pas complétement fermée. Son “pour l’instant je n’en ai pas besoin” se transformera sans doute un jour en “il est temps”. Charlotte Gainsbourg l’a dit elle avec sincérité, le choix de consulter est une nécessité pratique dans son métier car laisser la nature faire, c’est de fait dire aux réalisateurs qu’on a l’âge de ne jouer que des femmes de cinquante ans.