Régime crétois

cretois

L’huile d’olive. Ses vertus sont nombreuses. Dans le défaut prévisible de nutrition des crétois après la seconde guerre mondiale, on s’aperçoit que persistance d’une nutrition avec de l’huile d’olive les a protégé de la malnutrition.

En meilleure santé et donc vivant plus longtemps. On voudrait croire que l’humanité entière aurait ce désir. Il n’en est rien. Nous continuons un peu partout sauf dans le pourtour méditerranéen à consommer des graisses saturées et à privilégier des huiles de cuisson dangereuses.

Le fast food l’emporte sur le repas léger, digeste et sans stress. Par le fait du travail, par le fait de la télévision et par celui de la fatigue, l’humanité grossit et vieillit mal. Que s’offre-t-elle en retour ? Une maladie monstrueuse qu’on appelle la culpabilité.

C’est celle qui fait consulter le diététicien, celle qui s’offre un abonnement à un club de gym et celle qui consulte pour savoir si ce trop plein d’appétit disruptif ne serait pas causé par une dépression latente.

Les médecins, les propriétaires de salles de fitness n’y sont pour rien. Ils travaillent et satisfont un besoin. Si à force de hamburgers, de pizzas, de plats en sauce et de sel à ras bord la peau se détériore, il y aura toujours le réflexe du lifting visage pour redonner du lustre à la face et faire comme si le temps n’était pas passé.

Les habitants des îles où la mer est bleue et le regard est vague ont aussi des rides. Et c’est même parfois leur beauté. Mais on n’y verrait pas de beauté sans cette lueur de présence, de dynamisme qui viennent d’un rapport apaisé à la nourriture.

Nous avons beau le savoir et nous le dire. Nous avons beau reconnaitre les vertus du jeûne comme par exemple lors du ramadan, nous n’en diminuons pas moins notre consommation. Cette sorte de drogue qui éteint le souci, endort l’inquiétude et nous donne une part de plaisir que nous n’arrivons plus à éprouver avec les autres.

Enregistrer

Enregistrer